Velovelo
Português Nederlands 日本語 中文
Español English čeština slovenčina
русский italiano polski norsk
français Deutsch svenska عربي
 
 page précédente
 Envoyer à un ami
 Pour imprimer
 ---> Ven 6 0ct 2006 : L’Enduro... des sensations très fortes !

L’Enduro... des sensations très fortes !

"On retrouve les valeurs du VTT dans cette course !"
- dixit un coureur essoufflé sur la ligne d’arrivée. Le sentiment général est au beau fixe, les concurrents sont satisfaits de ce premier parcours « bien équilibré ». Même si les liaisons restent longues et difficiles pour certains, elles sont l’occasion de scènes conviviales d’entraide, les coureurs se regroupent, ils se soutiennent.

Les 3 pentes étaient escarpées, mais le spectacle magique. La première descente, 4.7km, partait de 430m pour rejoindre en toute fin de parcours : la mer. Sur les 200 au départ, 180 franchissent la ligne d’arrivée, seulement 80 ont abandonné. Une clavicule, des coûts de pompe, des ornières, des cailloux, des gros rochers et des petites frayeurs.

Alors c’est vrai, les fédérations se demandent comment fédérer l’Enduro : mais les « enduristes » souhaitent-ils rentrer dans le moule ? La discipline reste d’ores et déjà au programme pour l’année prochaine, les organisateurs étudieront les points forts et les points faibles du parcours pour proposer un trajet encore plus ENDURO.

Cédric Ravanel, vainqueur de la première édition de l’Enduro Roc devant Brandon Sloan avec un chrono de 16’22’’10, nous livre ses impressions sur son premier Enduro : "J’ai participé à la Transvésubienne, une course mythique longue distance qui allie l’endurance et la technique avec des spéciales descendantes, mais je ne m’étais jamais aventuré sur le terrain de l’Enduro !"

Certains coureurs se sont plaints des liaisons un peu trop difficiles, qu’en avez-vous pensé ?
- Je m’entraîne beaucoup, je suis un coureur d’endurance donc sur un parcours relativement court (35 km) je n’ai pas rencontré trop de difficultés. Certains compétiteurs ont souffert dans les liaisons parce qu’il est toujours difficile de monter avec du matériel trop lourd. Je suis parti avec un vélo équipé de suspensions réglables mais en équipement j’avais vraiment le strict minimum : des coudières, des genouillères et bien entendu un casque intégral.

Comment avez-vous trouvé les spéciales ?
- La première spéciale longue de 4,7 km était très descendante avec une première partie extrêmement technique (temps réalisé 9’26’’21). Ensuite le profil était plus cross-country. Les 2 ème (temps réalisé 3’49’’46) et 3 ème spéciales (temps réalisé 3’06’’42) représentaient bien l’Enduro : un parfait équilibre de descentes et montées.

Quelle sera votre prochaine course au Roc ?
- Le Roc 58 de dimanche mais vraiment sans prétention. Je me suis marié il y a tout juste quinze jours et je n’ai pas encore retrouvé l’esprit pour attaquer une véritable compétition ! Le respect de la nature : le truc des vététistes ! « Mieux jeter, mieux vivre » c’est la campagne du Smitom (Syndicat Mixte pour le traitement des Ordures Ménagères) qui résonne sur les ondes pendant le Roc. Le message est simple : ne jeter rien pendant la course, préservez le cadre.

Haut 









Haut  
 Espace privé   Droits d’auteur-Copyright: Cliquez ici pour lire !